CONTACTEZ-NOUSSuivez-nous 

Vous êtes ici

ETUDE SANTE PUBLIQUE FRANCE : REACTION DE LA FEBEA

Retour


La FEBEA accueille avec intérêt l’étude Esteban publiée par Santé Publique France qui permet de continuer à faire progresser la connaissance scientifique sur les perturbateurs endocriniens.

  • Elle rappelle que les produits cosmétiques ne contiennent aucun perturbateur endocrinien avéré selon la définition de l’OMS et de l’Union européenne.
  • Les produits d’hygiène et de beauté sont soumis à la réglementation cosmétique européenne qui est la plus stricte du monde. Les produits destinés aux bébés font en outre l’objet d’une évaluation spécifique.
  • Les entreprises cosmétiques sont engagées de longue date dans la conception de produits toujours plus sûrs à travers l’innovation et la reformulation permanente, le soutien de la politique du gouvernement pour approfondir la recherche et le renforcement de la transparence vis-à-vis des consommateurs.

La FEBEA accueille favorablement l’étude de Santé Publique France, qui permet de faire progresser la connaissance sur les substances chimiques présentes dans l’organisme, en apportant de nouvelles données que nous allons analyser avec attention. Cette étude s’inscrit dans la dynamique d’innovation portée par les entreprises de cosmétique pour des produits toujours plus sûrs, notamment via des formulations renouvelées en permanence.

Face aux questions que se posent les consommateurs, la FEBEA tient à souligner que tous les produits d’hygiène et de beauté qu’ils utilisent sont sûrs et contrôlés par la réglementation cosmétique européenne, qui est la plus stricte du monde.

A ce jour, l’Europe a identifié 16 perturbateurs endocriniens avérés. Tous sont interdits dans les produits cosmétiques.

L’étude de Santé Publique France ​mentionne également d’autres substances, dont le caractère de perturbateur endocrinien n’a pas été démontré scientifiquement et qui sont donc parfaitement autorisées.

Les consommateurs peuvent être totalement rassurés : les entreprises cosmétiques et les autorités de contrôle indépendantes réexaminent en permanence les substances utilisées pour garantir la qualité et la sécurité des produits.

C’est ce qui permet parfois de « blanchir » une substance suspectée (comme cela a été le cas pour plusieurs parabènes) ou au contraire d’interdire une substance : c’est le cas du bisphénol A qui a été banni de tous les produits cosmétiques depuis 2005, bien avant son interdiction en France pour les contenants alimentaires​.

En ce qui concerne les bébés et les enfants, nous tenons à rappeler que la sécurité des produits cosmétiques qui leur sont destinés fait l’objet de règles d’évaluation spécifiques, encore plus drastiques, avant leur mise sur le marché. Par exemple l’évaluation sanitaire des produits de siège pour les bébés prend en compte le fait qu’ils restent appliqués en milieu fermé par la couche de l’enfant.

La santé des consommateurs est prioritaire pour le secteur cosmétique. C’est pourquoi il soutient la démarche des autorités et s’engage résolument à poursuivre ses efforts pour des produits toujours plus sûrs :

  • L’innovation continue du secteur permet de reformuler en permanence les produits et d’adapter les doses au plus juste
  • Nous sommes un des seuls secteurs à soutenir depuis 5 ans le projet de plateforme publique-privée PEPPER, lancée par le gouvernement dans le cadre de la SNPE1, qui vise à accélérer la recherche dans ce domaine en pré-validant des méthodes de détection des perturbateurs endocriniens.
  • Conscients de la complexité des sujets et du besoin d’information des consommateurs, nous avons lancé le 1er juillet dernier une base de données ouverte à tous, qui recense les 25 000 ingrédients utilisés en cosmétique et présente de manière pédagogique les informations utiles, scientifiquement vérifiées sur chacun, pour permettre au consommateur de faire son choix en toute connaissance de cause.
type de ressources 
cat espace presse 
Retour haut de page