CONTACTEZ-NOUSSuivez-nous 

Vous êtes ici

SOLAIRES POUR ENFANTS : OÙ EN EST-ON ?

A l’heure où de nombreux Français s’apprêtent à s’exposer au soleil, la FEBEA souhaite réagir à l’étude publiée par Agir pour l’Environnement et WECF. Selon cette étude, 71 produits solaires pour enfants contiendraient 29 substances préoccupantes.

Pourtant, tous les ingrédients utilisés dans les produits de protection solaire respectent évidemment la réglementation cosmétique européenne, qui est la plus stricte au monde. Et qui interdit notamment l’utilisation de tous les ingrédients classés comme perturbateurs endocriniens. Les autorités européennes réévaluent les ingrédients régulièrement, en fonction des avancées de la science. C’est pourquoi certains ingrédients cités par l’étude sont actuellement en cours de réévaluation : s’ils étaient finalement classés comme nocifs, ils seraient immédiatement retirés de l’ensemble des produits cosmétiques.

Les filtres solaires font, par ailleurs, l’objet d’un encadrement spécifique : le Comité scientifique pour la sécurité des consommateurs (CSSC) vérifie de manière approfondie leur efficacité et leur innocuité. Et lorsqu’il s’agit de produits destinés aux enfants, la réglementation se fait plus stricte encore, en imposant un seuil de concentration maximum de certains ingrédients.

Enfin, lorsque des nano-particules sont ajoutées dans le produit, le fabricant doit en faire mention sur l’emballage uniquement dans certains cas bien précis. Il n’existe donc pas, comme le prétend l’étude, de fabricants qui ne respectent pas la loi.

Ces mêmes fabricants ne se content d’ailleurs pas de se conformer à la réglementation : ils réalisent également d’importants efforts de R&D pour développer des produits toujours plus respectueux de l’environnement. Notamment, grâce à des formules toujours plus biodégradables et résistantes à l’eau, pour éviter toute pollution marine.

Dans ce contexte, inquiéter les Français s’avère donc, non seulement inutile, mais surtout irresponsable : alors que les cancers cutanés sont ceux qui progressent le plus en France aujourd’hui, un Français sur cinq n’utilise jamais de protection solaire à la plage. Et un sur deux n’en utilise jamais en ville (sondage FEBEA/Opinionway, juin 2020), malgré les mises en garde régulières des dermatologues et cancérologues.

Pour la FEBEA, le débat est légitime, mais pas à tout prix. Il est essentiel de faire confiance à la réglementation en vigueur, édictée par nos autorités de santé, et de rappeler l’importance d’appliquer régulièrement une protection solaire adaptée à sa peau. Il s’agit d’un enjeu de santé publique.

 

Retour haut de page