CONTACTEZ-NOUSSuivez-nous 

Vous êtes ici

Plutôt déodorant ou plutôt anti-transpirant ?

La transpiration est un mécanisme de régulation de la chaleur corporelle indispensable au fonctionnement de notre corps, qui permet à la peau de se rafraîchir par évaporation d’eau. Elle peut être aussi bien psychologique (stress, fortes émotions) que physiologique (chaleur, effort physique). Le volume de sueur que nous produisons est lié à un phénomène qu’on appelle la concentration de glandes sudoripares. De nombreux produits disponibles permettent de la réguler et d’en supprimer les effets indésirables : faisons le point.

 

D’où vient la transpiration ?

Les glandes sudoripares sont à l’origine de la transpiration : on en trouve jusqu’à 200 par cm² chez l’adulte, soit entre 1.6 et 5 millions sur tout notre corps, pouvant secréter 2 à 3 litres d'eau par heure selon l'intensité de nos exercices physiques. Leur concentration et leur action diminuent chez les personnes âgées, entraînant une sécheresse de la peau.

Il existe deux types de glandes sudoripares : les glandes seccrines et les glandes apocrines. Les glandes eccrines sont très présentes sur la tête, les mains et les pieds. La sueur qu’elles génèrent est composée essentiellement d'eau et arrive directement à la surface de la peau. Ces glandes se chargent de la régulation thermique de notre corps, mais sont également actives lors de stress, de situations angoissantes ou de fortes émotions.  Les glandes apocrines se situent au niveau du système pileux, principalement sous les aisselles. Elles sécrètent toute la journée de petites quantités de sueur mais ne jouent aucun rôle dans la thermorégulation de notre corps. Cette sueur épaisse et très concentrée est à l'origine des odeurs les plus fortes.

 

Pourquoi nos aisselles sentent-elles mauvais ?

Les odeurs incommodantes proviennent de la dégradation de la sueur par des bactéries vivant à la surface de la peau. Les aisselles, situées dans une zone peu ventilé, sont propices au développement de ces bactéries, et c’est l’alcool contenu dans le déodorant ou l’anti-transpirant qui permet de les tuer.

 

Quelle différence entre déodorant et anti-transpirant ?

Les déodorants (en spray, en stick ou sous forme de bille) masquent les odeurs avec leur composition parfumée, absorbent la sueur grâce au talc qu’ils peuvent contenir et leur composition à base d’alcool limite la prolifération des bactéries sur la zone ciblée.

Les anti-transpirants sont des régulateurs de transpiration : ils contiennent  des sels d’aluminium qui se dissolvent dans la sueur en laissant une fine pellicule de gel à la surface des glandes sudoripares, limitant la transpiration tout en laissant la peau respirer. Cette pellicule est éliminée au fur et à mesure de la journée grâce à la desquamation de la peau ou par de simples gestes d’hygiène. La Pierre d’Alun naturelle ou synthétique est un des sels d’aluminium les plus connus. Utilisée depuis l’Antiquité, ses propriétés antibactériennes en font un anti-transpirant très efficace et ses vertus antiseptiques facilitent la cicatrisation de la peau après rasage.

 

Les anti-transpirants : des produits cosmétiques bien contrôlés.

Comme tout produit cosmétique, les anti-transpirants et les déodorants sont encadrés par une stricte réglementation européenne qui contrôle la fabrication de tous les produits vendus en Europe. Cette réglementation exigeante  sert même de modèle dans le monde.

Dans ce cadre réglementaire, les produits cosmétiques doivent répondre à une obligation de sécurité et subir une évaluation très rigoureuse réalisée par un toxicologue avant leur mise sur le marché. Ce dernier analyse les dernières études scientifiques, les données de sécurité de l’ensemble des substances des produits cosmétiques, vérifie leur concentration et s’assure que  le produit fini soit sûr et bien toléré. 

 

 

Retour haut de page