CONTACTEZ-NOUSSuivez-nous 

Vous êtes ici

COMMENT LA COSMÉTIQUE « MADE IN FRANCE » FAIT RAYONNER NOTRE SAVOIR-FAIRE À L’INTERNATIONAL

Retour


En amont du salon du « Made in France » (8 au 11 novembre), la Fédération des Entreprises de la Beauté (FEBEA) dresse, avec le cabinet d’étude Astérès, l’état des lieux d’un secteur majeur du « Made in France », celui de la cosmétique. Le secteur compte en effet plus de 3200 entreprises1. Parmi elles, des grands groupes, mais pour l’essentiel il s’agit de PME familiales, réparties dans toute la France. Dynamiques et innovantes, fortement créatrices d’emplois locaux qualifiés, les entreprises cosmétiques françaises participent au rayonnement et à l’attractivité de notre pays.

Des entreprises exportatrices et dynamiques.

La France, leader mondial de la cosmétique, détient 23% des parts de marché dans le monde. Et le fait d’apposer la marque « France » sur un produit cosmétique permet d’augmenter en moyenne sa valeur de 30%, par rapport à un produit équivalent d’un autre pays !

« La cosmétique, dont les exportations progressent de 5% chaque année, est l’un des emblèmes de la « marque France », souligne Patrick O’Quin, président de la FEBEA (Fédération des Entreprises
de la Beauté). Notre secteur est aussi un facteur majeur d’attractivité touristique : les touristes consomment, en France, 3 milliards d’euros par an de produits cosmétiques ! Nous sommes fiers et heureux de soutenir cette filière, essentielle aussi bien sur le plan territorial qu’à l’international ». Ce rayonnement international s’explique par l’excellence du secteur français.

Des entreprises solides, créatrices d’emploi dans toute la France

Le secteur cosmétique est constitué d’un tissu d’entreprises historiques, ancrées dans leur territoire, parfois depuis le XVIème siècle. Aujourd’hui, les pôles de Grasse, d’Occitanie et d’Ile-de-France regroupent la majorité des entreprises. D’autres territoires comme l’Outre-Mer se sont spécialisés sur les matières premières, tandis que le poumon de l’innovation du secteur se trouve dans la « Cosmetic Valley » le pôle de compétitivité situé entre Chartres, Orléans et Tours, Au total, la cosmétique (matières premières, fabrication, distribution) regroupe 3 200 entreprises, dont 67% en région et 33% en Ile-de-France. Solides, ces entreprises sont à 82% à actionnaire familial unique. Ce qui explique qu’elles mènent, le plus souvent, des stratégies de long terme alliées à une volonté de transmission du savoir-faire et du patrimoine économique. De ce fait, leur durée de vie est élevée : leur moyenne d’âge est de 16 ans, contre 12 ans pour la moyenne des entreprises françaises. Ces entreprises sont également créatrices d’emplois qualifiés, bien répartis sur l’ensemble du territoire. Les 164 000 emplois directs du secteur sont concentrés, à 80%, en région. La cosmétique emploie 33% d’ingénieurs et de cadres et 39% d’agents de maîtrise ou techniciens, contre 17% et 26% respectivement pour la moyenne nationale. Cet écosystème d’excellence unique au monde est porté par les entreprises, grands groupes, TPE et PME, les fournisseurs de matières premières, les fabricants, ainsi que par les établissements d’enseignements spécialisés.

Des entreprises innovantes

Chaque année, 170 nouvelles entreprises cosmétiques sont créées, nourries par l’innovation foisonnante du secteur : sa R&D est la plus performante de France avec 3,6 brevets déposés par million d’euros dépensé. Cette créativité s’oriente, de plus en plus, vers la recherche de solutions meilleures pour l’environnement, grâce à des formules plus naturelles, des ingrédients moins polluants, et à des déchets éco-conçus.

1 Etude Astérès pour la FEBEA – L’économie des cosmétiques : innovation, dynamisme territorial et rayonnement mondial - mai 2019

type de ressources 
cat espace presse 
Retour haut de page