CONTACTEZ-NOUSSuivez-nous 

Vous êtes ici

PHENOXYETHANOL : CE QUE L’ANSM OUBLIE DE DIRE

Retour


Le phénoxyéthanol est un conservateur utilisé dans de très nombreux produits cosmétiques car il est sûr, efficace et très bien toléré, ainsi que l’a rappelé à plusieurs reprises depuis plus de 10 ans le Comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs. Ce comité indépendant composé de dix-sept membres experts en chimie et toxicologie est connu pour la rigueur de ses analyses scientifiques a déjà conclu à l'innocuité pour les bébés des produits contenant du phénoxyéthanol dans les conditions prescrites par la réglementation cosmétique européenne.

L’ANSM entretient depuis 2012 une vaine querelle sur ce conservateur en utilisant des arguments contestables. Elle est chaque fois démentie à la fois par les experts scientifiques européens, la Commission européenne et le Conseil d’Etat.

Le 4 décembre encore, le Conseil d’Etat a enjoint l’ANSM de modifier sa communication sur le phénoxyéthanol.

Surtout, la Commission européenne a fait savoir le 27 novembre à la France que la décision de l’ANSM d’étiqueter les produits cosmétiques non rincés, y compris les lingettes, contenant du phénoxyéthanol était en tous points contraire au droit communautaire et ne reposait sur aucun fondement scientifique, le Comité Scientifique pour la Sécurité du Consommateur considérant ce conservateur parfaitement sûr y compris pour les produits destinés aux fesses des bébés. La sécurité et la santé des consommateurs constituent la priorité absolue pour les adhérents de la FEBEA, en particulier celles des bébés .

En outre, une procédure contentieuse est sur le point d’aboutir, la FEBEA ayant demandé l’annulation de cette décision devant le Conseil d’Etat.

La FEBEA s’étonne donc que l’ANSM, connaissant la position de la Commission européenne et du Comité Scientifique pour la Sécurité du Consommateur, passe sous silence ces éléments et impose aux entreprises un étiquetage des produits concernés d’ici le 20 décembre.

type de ressources 
cat espace presse 
Retour haut de page